Le président de l’institution et les présidents des groupes politique à l’assemblée de la Polynésie française ont rencontré les représentants des collectifs venus manifester place Taraho’i

Consulté 354 fois
Le président de l’institution et les présidents des groupes politique à l’assemblée de la Polynésie française ont rencontré les représentants des collectifs venus manifester place Taraho’i

 Le président de l’assemblée de la Polynésie française, M. Gaston TONG SANG, a reçu aujourd’hui, lors de la suspension de la première séance de la session budgétaire, une délégation de 8 personnes représentant les collectifs ou mouvements divers venus manifestés ce matin place Taraho’i contre la loi du pays relative à l’obligation vaccinale. Le président TONG SANG était accompagné lors de cette rencontre des trois présidents des groupes politiques représentés à l’assemblée, Mme Tepuaraurii TERIITAHI, Mme Teura IRITI et M. Antony GEROS.

La délégation reçue était composée de :

  • Mme Christiane ATHANE, pour le collectif « Femmes de Polynésie » ;
  • Mme Vairea TOOMARU, pour le collectif « Te ora o te Fenua » ;
  • Mme Holly RAA, pour le collectif « Covid A ti’a porinetia » ;
  • MM. Gilles PARZY et Maxime CHAN, pour le collectif « Nuna’a a ti’a » ;
  • Mme Sylvie TEARIKI, pour le collectif « Touchez pas à ma famille » ;
  • MM. François PIHAATAE et Mitema TAPATI, respectivement président et pasteur de l’Eglise Protestante Mā’ohi.

Cet entretien a démarré par la remise et la lecture aux autorités d’un courrier rédigé par le collectif « Nuna’a a ti’a » et présentant les principales doléances du mouvement consistant en la suppression de la loi du pays relative à l’obligation vaccinale, la promotion des traitements alternatifs et précoces de la covid-19, le classement en PPN de kits sanitaires et la modification en profondeur des comportements alimentaires et du mode de vie des Polynésiens.

Les élus ont salué le dépôt de ce courrier et indiqué aux membres de la délégation que leur combat était respectable et qu’ils n’étaient pas indifférents à l’émotion suscitée par l’adoption récente du texte controversé.

Le président de l’assemblée a d’abord rappelé aux représentants des manifestants les prérogatives du gouvernement et de l’assemblée en matière d’adoption et de mise en application des textes adoptés. Il leur a indiqué, comme l’a déjà fait le Président Edouard FRITCH, que le gouvernement et l’assemblée étaient dans l’attente des décisions du Conseil d’Etat suite aux différents recours déposés contre cette loi du pays et qu’ils s’y conformeraient.

Il a également rappelé aux collectifs que deux de leurs doléances avaient été entendues par le gouvernement puisque le Président du Pays s’est engagé, dans le discours qu’il a prononcé ce matin face à la représentation, à faire inscrire sur la liste des produits de première nécessité plusieurs petits matériels médicaux tels que les oxymètres et qu’il organiserait, au mois d’octobre prochain, une table ronde sur le mode d’alimentation de la population polynésienne.

Le président Gaston TONG SANG a également clairement annoncé à ses interlocuteurs qu’en l’état actuel de la situation sanitaire du pays, il n’était pas envisageable de supprimer ou d’annuler ce texte mais, comme il l’a lui-même annoncé dans son discours d’ouverture de la session budgétaire, il était favorable à ce des discussions soient engagées en interne, puis avec le gouvernement pour apporter quelques aménagements aux texte voté au mois d’août dernier.

Il s’est ainsi engagé à former un groupe de travail composé d’élus des trois partis politiques représentés à l’assemblée chargé de proposer, sous quinzaine, un aménagement législatif de la loi du pays relative à l’obligation vaccinale.

A l’issue de cette rencontre, les pasteurs PIHAATAE et TAPATI ont été remerciés pour l’appel au calme qu’ils lancent régulièrement aux manifestants et les élus ont indiqué à la délégation qu’une autre rencontre pourrait avoir lieu dans les jours à venir. 

5 PHOTOS