Adoption de la Déclaration de Fangatapu à l’issue de la 3ème Conférence du Groupe des Parlements des Iles du Pacifique (GPIP)

Consulté 808 fois
Adoption de la Déclaration de Fangatapu à l’issue de la 3ème Conférence du Groupe des Parlements des Iles du Pacifique (GPIP)

Les travaux de la 3ème Conférence du GPIP se sont poursuivis le mercredi 23 août 2023 à Nuku’aloha et étaient consacrés principalement à l’étude de deux thématiques.

La première portait sur les facteurs de vulnérabilité de la région Pacifique et les actions possibles pour faire face aux défis. La région Pacifique est une zone sensible au changement climatique et aux catastrophes naturelles, ce qui en fait une des régions les plus vulnérables au monde. Cette session a ainsi permis aux parlementaires de découvrir, à travers l’expérience du Pacifique, quels étaient ces facteurs de vulnérabilité (infrastructures, interventions d’urgence, protection sociale et des droits de l’homme, eau et assainissement, etc.) et de mieux comprendre comment des actions au niveau des parlements peuvent être menées dans ces domaines afin de réduire ces vulnérabilités, renforcer la résilience et assurer des efforts de reconstruction plus rapides après des catastrophes naturelles et des événements extrêmes.

La deuxième session thématique concernait le rôle des parlements notamment dans l’élaboration des politiques publiques, la promotion de l’action climatique, les interventions au niveau international et la nécessité d’une collaboration régionale et internationale. Des propositions d’actions pratiques qu’ils/elles peuvent entreprendre dans leurs parlements respectifs pour respecter les engagements de la Déclaration de Taraho’i et ceux de la conférence de Tonga ont également été présentées aux parlementaires. Sur ce thème, M. GEROS est intervenu sur le rôle émergent des parlements de la région Pacifique dans la mise en œuvre d’une politique régionale de lutte contre le réchauffement climatique.

Au terme des présentations d’experts régionaux et internationaux et des débats sur ces sujets, un temps libre a été consacré aux questions diverses et aux autres problématiques que les parlementaires souhaitaient aborder. M. Antony GEROS est ainsi intervenu pour faire un point d’information sur le processus de décolonisation de la Polynésie française enclenché auprès des instances de l’ONU en 2013. Mme Tepuaraurii TERIITAHI a également pris la parole afin de rappeler notamment que la Polynésie française et Tonga étaient liés par une longue amitié et que la Polynésie française était un pays autonome évoluant librement au sein de la République française.

À l’issue de la Conférence, les membres du GPIP ont adopté par consensus la Déclaration de FANGATAPU, basée sur le thème de la conférence, les discussions qui ont eu lieu lors des précédentes réunions du GPIP et les travaux tenus lors des quatre sessions thématiques à Nuku’alofa. Celle-ci engage chaque parlement membre du GPIP à mettre en œuvre, dans la mesure de ses compétences, en fonction de ses intérêts et de son contexte national, 20 actions.

Le GPIP a enfin acté l’organisation de sa prochaine conférence à Palau en 2024.

 

10 PHOTOS